Economie de la mer. La bonne pêche d’Algaia, du Chili à Saint-Lô

02/11/2016
By

Algaia inaugure son centre de recherche et développement, zone de la Capelle à Saint-Lô, ce mardi 11 octobre 2016. La société est spécialisée dans les extraits naturels d’algues pour des crèmes dessert, margarines, masques faciaux…

L’entreprise

Au commencement, il y a l’algue. Pour Algaia, basée à Saint-Lô, celle-ci a deux couleurs : rouge et brune. La société, créée en 2010, exploite des molécules conventionnelles ou de spécialité extraites d’algues. Les premières (alginates, carraghénanes, agar-agar) servent aux industries alimentaires ou pharmaceutiques. Les secondes (fucoïdane) à stimuler les défenses immunitaires.

« Ce marché est en plein développement, souligne Fabrice Bohin, le PDG. Nous sommes actuellement les seuls, à ma connaissance, à proposer ces deux types d’extraits. » L’entreprise a signé, en 2015, un partenariat avec le Chilien Gelymar, l’un des leaders mondiaux sur le marché des extraits d’algues rouges. Gelymar pêche des algues au large des côtes chiliennes. Les extraits naturels sont prélevés sur place. Ils arrivent, en France, sous forme de poudre.

Mousses au chocolat, jambon, caviar, boyaux…

Algaia les vend à plusieurs dizaines de clients européens et français. Parmi eux, des sociétés normandes spécialisées dans la cosmétique et l’agroalimentaire. Les extraits sont utilisés comme ingrédients dans des crèmes dessert, mousses au chocolat, jambons ou confiseries pour ajouter de la texture, ainsi que dans des empreintes dentaires. « Nous commercialisons plusieurs tonnes d’extraits d’algues rouges par an. Cela représente plusieurs millions deuros de ventes. »

La société a annoncé, en septembre, qu’elle allait racheter le site de l’américain Cargill, à Lannilis (Finistère), pour un montant non dévoilé. La transaction devrait se clore avant fin 2016. Ce site produit des extraits d’algues brunes. Ils sont utilisés dans des margarines, boyaux végétaux, caviar artificiel, pour des masques faciaux ou encore en remplacement de la matière grasse dans les aliments.

La différence entre les extraits d’algues brunes et rouges ? Fabrice Bohin sourit : « C’est la même qu’entre une pomme et un citron. On en retire un jus, certes, mais différent. Les deux sont complémentaires. » Cette activité bretonne représentera « plus de 20 millions d’euros de ventes dès l’année prochaine ».

Les 66 salariés actuels de Cargill seront conservés. Des recrutements pourraient être effectués. L’Israélien Maabarot va entrer au capital d’Algaia – qui compte déjà trois fonds d’investissement français – pour soutenir l’activité des algues brunes.

L’entreprise conseille aussi d’autres sociétés. Elle mène des tests pour celles souhaitant développer un produit (gestion du cholestérol, effet anti-UV…) à base d’extraits d’algues. Elle accompagne celles qui souhaitent se lancer dans cette activité et d’autres qui ne connaissent pas l’algue, mais en utilisent dans leurs fabrications. « Nous pouvons nous entourer d’un réseau de chercheurs européens. Nous sommes spécialisés dans l’analyse et la caractérisation. »

Tags:

Deja un comentario